top of page
  • Writer's picturegaelle Chatenet

Pourquoi il est important de parler de vos émotions avec vos enfants?


J'anime des ateliers pour les parents depuis plusieurs années maintenant. Le premier atelier de la série "Comment parler pour que les parents écoutent, comment écouter pour que les enfants parlent" porte sur l'importance de reconnaître les sentiments des enfants. Nous discutons de la façon dont les enfants réagissent lorsque leurs sentiments sont rejetés de diverses manières et comment commencer à les écouter même s'ils ne nous semblent pas réalistes ou justifiés.

Alors que les parents sont toujours impatients de commencer à utiliser ces techniques avec leurs enfants et reviennent avec de très bons commentaires sur la façon dont cela a changé la dynamique de leurs relations et combien ils sont heureux des progrès réalisés, j'ai remarqué une chose : alors que les parents sont si disposés à accepter et à aider leurs enfants avec leurs sentiments difficiles, ils ne sont généralement pas aussi tolérants avec les leurs...

Souvent, j'entends des choses comme "J'étais tellement en colère, mais j'ai vraiment essayé de rester calme", "Je n'ai pas élevé la voix, mais j'en avais vraiment envie", "J'étais triste et je ne voulais pas que mes enfants le sachent, alors je suis allée pleurer dans la salle de bains pour qu'ils ne me voient pas".

Comment se fait-il que nous soyons si disposés à accepter les émotions de nos enfants, alors que nous nous efforçons de les supprimer chez nous ?

Que signifie le fait de cacher nos émotions à nos enfants pour nous et pour eux ?


Tout d'abord, précisons ce que j'entends par parler ou montrer ses émotions : TOUTES LES ÉMOTIONS SONT VALABLES, mais pas tous les comportements. Il est parfaitement normal d'être en colère, mais pas d'être agressif, physiquement ou verbalement.

Lorsque nous essayons de réprimer constamment nos émotions devant nos enfants, nous ne les privons pas seulement d'une expérience précieuse de ce que signifient ces émotions et à quoi elles ressemblent (si maman est très rouge et qu'elle dit d'une voix très forte "Je suis furieuse !", l'enfant apprend non seulement ce que signifie "furieux", à quoi cela ressemble et que c'est normal d'être parfois furieux, car après un moment, maman redevient calme et heureuse), mais aussi que tout le monde se sent parfois en colère, triste ou irrité…

Imaginez être l'enfant d'un parent qui ne perd jamais son calme, ne pleure jamais, ne se sent jamais déprimé ou contrarié. Qu'est-ce que cela signifierait pour vous, en tant qu'enfant, si vous éprouviez ces sentiments ? Vous sentiriez-vous normal et libre de les éprouver et de les accepter ou feriez-vous tout votre possible pour les supprimer et rester calme à tout prix, comme vous avez vu vos parents le faire ?

Il est déjà assez difficile de faire face à des émotions désagréables sans y ajouter une couche de culpabilité pour ce que vous ressentez. En acceptant vos propres émotions et en les gérant de manière saine, vous offrez également une leçon très précieuse à vos enfants.


Alors s'il vous plaît, chers parents, soyez fidèles à vous-mêmes. Apprenez à vos enfants que oui, maman peut parfois être en colère contre papa, mais qu'ils s'aiment quand même, que lorsque maman dit qu'elle est vraiment frustrée de devoir se répéter pour que tout le monde l'écoute, elle ne risque pas de retirer son amour ou son attention, elle fait simplement face à une émotion difficile. Montrez-leur qu'ils ont un réel pouvoir sur leurs propres sentiments et ceux des autres. Ils peuvent faire sourire maman avec un mot gentil ou en l'aidant lorsqu'ils la voient trop occupée. Ils ne sont pas impuissants face aux émotions qui menacent parfois de les submerger, ni face aux émotions qu'ils peuvent créer chez les autres.


Oui, il peut être difficile d'être aussi honnête avec nos enfants. D'admettre que nous ne sommes pas parfaits, que nous n'avons pas toutes les réponses et que nous perdons aussi parfois le contrôle. Mais tout cela fait partie de la vie d'un être humain et il vaut mieux l'apprendre dès le plus jeune âge. Plus vite nous apprenons à comprendre nos sentiments et à les accepter comme normaux au lieu d'essayer de les mettre de côté, mieux nous nous connaissons.


Nous sommes les premiers modèles de nos enfants et c'est une chose si facile et naturelle à leur apprendre si nous en prenons conscience.

Alors, parents, tout comme nous avons parlé de nommer les sentiments de vos enfants pour eux, allez-y, nommez les vôtres aussi. Que vous vous sentiez bien ou mal. Libérez-vous de vos propres attentes d'être un parent parfait, et contentez-vous d'être un parent humain.

23 views0 comments

留言


bottom of page